EAGLE EYE | La touche de l’être humain dans la traduction
16055
post-template-default,single,single-post,postid-16055,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,qode-child-theme-ver-,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive

La touche de l’être humain dans la traduction

blog post 2_translation_imageLe web et les outils que nous utilisons sont de plus en plus sophistiqués. Pourtant, un domaine de nos vies numériques qui a été presque insensible aux avances est la traduction. Oui, on entend beaucoup parler des avantages de l’utilisation d’une machine pour faire les traductions—elles sont plus rapides, plus abordables, peuvent s’adapter à plusieurs langues, etc. Mais qui n’a pas été surpris par une traduction Google où le sens du texte a été complètement perdu ?

Les traductions automatiques sont bonnes pour les substitutions simples où il y a peu de mots ou pour les traductions de phrases connues, comme des documents gouvernementaux et juridiques, des brevets, des bulletins météorologiques, et d’autres textes de professions où le langage est standardisé. Cependant, lors de la traduction d’autres textes, par exemple les expressions idiomatiques, les régionalismes et les expressions familières ont tendance à confondre les machines. Insérer une simple phrase en anglais comme bangers and mash (saucisse et purée au Royaume-Uni) ou pop (une boisson sucrée et gazeuse dans certaines parties des États-Unis, comme le Coca ou le Pepsi) dans Google Translate et voir ce qui en sort. Même fizzy soda donne en français quelque chose de complètement incompréhensible : « gazeuses de soude ».

Ajouter à cela le fait que Google Translate laisse le droit à n’importe qui peut proposer une « meilleure » traduction dans Google, et c’est l’ouverture d’une tout autre boîte de Pandore. Vu que toute personne peut proposer n’importe quoi comme traduction dans Google, c’est l’opportunité pour des blagueurs de semer la pagaille.

Pourtant, un logiciel de traductions (au-delà de traducteurs en ligne tels que Google translate, Reverso, etc.) a ses avantages, surtout pour des textes longs et / ou normalisés. Un tel logiciel garantit que la langue et les termes cibles soient également standardisés et conduit à moins d’erreurs dans de longues traductions. Ceci dit, toute traduction effectuée par une machine, que ce soit en ligne ou par logiciel, exige toujours une touche humaine afin d’assurer qu’il est exempt d’erreurs. Les traducteurs humains ne font pas simplement de la traduction ; ils interprètent ce qu’ils lisent, modifient la traduction pour assurer le style et la cohérence de la voix, et relisent le texte final pour enlever toute erreur—des tâches qui ne peuvent pas (peut-être pas encore) être faites exclusivement par des machines.