EAGLE EYE | Bannir ce mot ci, pas ce mot là
16075
post-template-default,single,single-post,postid-16075,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,qode-child-theme-ver-,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive

Bannir ce mot ci, pas ce mot là

blog post 1_banish_words_imageDans sa 41e édition (oui, la liste a été lancé en 1976), Lake Superior State University a ajouté à sa liste toujours croissante des mots bannis de l’anglais de la Reine pour mauvaise utilisation, surexploitation et inutilité général. La liste consiste « entièrement de candidatures reçues de partout dans le monde tout au long de l’année. » La liste 2016 contient quelques exemples incroyables, tels que sauce secrète, presser (assez curieusement, ce qui signifie un communiqué de presse en anglais), et la physicalité. Pourtant, il y a d’autres mots qui, alors qu’ils peuvent être populaire pour toutes les mauvaises raisons, certainement servir un but ou décrire quelque chose d’une manière qu’aucun autre mot ne peut, comme vape (fumer une cigarette électronique) et manspreading (dit d’un homme qui prend beaucoup trop de place sur un siège dans les transports publiques).

C’est vrai que des fois je ressens une certaine frustration avec les choix de mots de mes clients, je ne voudrais pas plaider pour le bannissement complet d’un mot. Oui, le mot stakeholder (partie prenante) est galvaudé partout par chacun de mes clients—sans blague—et ça m’agace de voir des termes comme « briser l’Internet » à gogo ou d’entendre le mot physicalité quand je ne comprends pas ce que la personne veut dire. Pourtant, ces mots ont leur place lorsqu’ils sont utilisés dans le bon contexte.

Avec mes clients, cependant, je fais tous les efforts pour ne pas utiliser ces mots quand un mot plus adapté est disponible, comme client, consommateur, membre ou participant à la place de parties prenantes; ou populaire ou domination en ligne au lieu de briser l’Internet. Dans de tels cas, en regroupant toutes les catégories en un seul mot ou une expression, en particulier celle qui n’a pas de sens (Est-ce qu’on peut briser l’Internet, en particulier par une hausse du trafic?), nous perdons la capacité de communiquer clairement et pouvons facilement confondre notre public.

Les langues sont en évolution constante et en essayant de les ralentir ou de les rendre conforme à nos idées et idéaux est non seulement impossible, mais un marché de dupes. Les gens ne changent leur façon de communiquer que lorsque la communication ne passe pas. Ainsi, alors que je fais tous les efforts pour assurer que ce que mes clients essaient de communiquer soit clair, concis et conformément à leurs normes, je ne les forcerai pas à accepter mes idées personnelles, ni préconiser qu’ils cessent d’utiliser tel ou tel mot ou phrase. Plutôt, je chercherais à le remplacer, si possible, avec un synonyme sans ambiguïté, qui est plus approprié.